Nos lieux interdits

Documentaire de Leïla Kilani

 

 

40 ans après : le deuil des années de plomb au Maroc...


Entre 1960 et 1980, sous le régime d’Hassan II, des centaines d’opposants politiques sont morts et des milliers ont disparu sans laisser de traces. En 2004, une Instance équité et réconciliation, mise en place par le roi Mohamed VI, a enquêté sur ces violences d’Etat afin d’en indemniser les familles victimes. Le film suit cette enquête au sein de quatre familles marocaines. Et laisse émerger un douloureux retour sur soi de toute une société, mais aussi un intime travail de mémoire et de deuil qui rejoint le travail cinématographique.

 

 

"La source de l'eau est trouble, on a nulle part où puiser"

 

Nos lieux interdits a été tourné pendant le temps où s’est tenue au Maroc l’enquête de l’Instance équité et réconciliation, entre 2004 et 2007. Durant ces trois ans, le film accompagne quatre familles dans leur quête de la vérité alors qu’eux-mêmes ou les membres de leur famille ont été emprisonnés ou d’autres, disparus.
“ L’enjeu du film, explique la réalisatrice, est de faire exister des gens qui ont été effacés politiquement au point de disparaître au sein de leurs familles.”

Film tourné au Maroc dans le cadre de l’Instance équité et réconciliation mise en place par le roi Mohamed VI